Quand les poubelles de Paris étaient déversées dans les vignes de Champagne

Quand les poubelles de Paris finissaient dans les vignes de Champagne !



Voici donc une vidéo dans laquelle nous est rappelé qu'il n'y a pas si longtemps encore, jusqu'à la fin des années 80 (voire plus tard pour certains "vignerons résistants"), les poubelles de Paris étaient ramenées en champagne et déversées dans les vignes pour servir ... d'engrais !





Au début les déchets urbains étaient formés de débris végétaux mais l'évolution de notre mode de consommation a vu ces mêmes poubelles ensuite remplies essentiellement de matières plastiques.

Et dans le milieu des années 90, André Enders, directeur du Comité interprofessionnel des vins de Champagne (CIVC), osait déclarer sur ce sujet : "Il y a un phénomène d'érosion important dans les vignobles de côteaux, qu'il faut maîtriser" et que "sa région n'est pas seule à recourir à des "amendements" de ce type. Depuis qu'on a vu apparaître des éléments plastique, vous pensez bien qu'on a suivi de très près les effets possibles sur la vigne, le raisin et le vin". Et il se fait catégorique: "A l'analyse, nous n'avons noté aucune conséquence." Pour lui, le problème est donc plutôt "d'ordre esthétique" et olfactif." !!!


Déclarations qui datent d'à peine un peu plus de 20 ans et qui nous laissent effaré et pantois.


Bien entendu, avec le temps les plastiques remontent à la surface et si on se met à creuser on peut même retrouver, par exemple, des bouts de fils électriques, des stylos, des tubes de dentifrice, des semelles de chaussures, du polystyrène ou des têtes de poupées !!


Et même si le combat pour une viticulture la plus propre possible est encore long, on mesure toutefois que de la fin des années 60 jusqu'à celles du début des années 90, le tout permissif vivait des jours dorés et que l'imagination de certaines têtes pensantes n'avaient aucunes limites !

Vidéo tirée de l'excellent reportage "Voyages au pays des vins de terroir" dans lequel le chef oenologue Vincent Moissonnier convie l'acteur Joachim Kröl à un tour de France de ses vignerons préférés qui travaillent en biodynamie pour produire des vins les plus naturels possibles.